Emma Chevreux - Ensemble

« Ensemble » décline une galerie de portraits de la jeunesse marseillaise, en bord de mer ou ailleurs, attitudes éphémères, belles compositions dans les cadres attrayants que peut offrir la cité phocéenne. Emma Chevreux maîtrise avec brio les personnages en premier plan et la netteté des profondeurs de champ. Des visages expressifs, des postures suscitent l’émotion et racontent une histoire, la leur ou celle que le visiteur attentif veut bien leur prêter.  (Francis Rodary)

 

Galerie Charivari – 17 rue Fontange – 13006 Marseille.
Du 21 au 30 juillet 2021.

 


Dan Aucante - Le temps des grenadines

Joli titre pour cette expo tout simplement superbe ! L'auteur évoque le temps qui passe mais ses photos, noir et blanc argentiques, sont intemporelles. Le passé n'est pas perdu pour qui sait capter des moments éphémères avec une telle délicatesse. Il suffit d'un masque pour que le futur, forcément incertain, se pare d'onirisme. Sorcières, fantômes, champs de tournesol et reflets dans la rivière, chaque photographie nous ouvre des mondes sensibles et poétiques. Ce travail au long cours réalisé avec la complicité de ses deux fils est un cadeau précieux qu'il leur offre là.  (Aline Memmi)

 

Maupetit Côté Galerie - 142 La Canebière - 13001 Marseille

 

Rencontres d'Arles 2021 (suite)

 

Chongqing, sur les quatre rives du temps qui passe -
Cyrus Cornut.

Prix HSBC 2021.

Avec sa chambre 4 x 5, il a arpenté la ville chinoise de Chongqing, une des plus grandes mégapoles du monde située au pied du barrage des Trois-Gorges. Bien que ce soit la ville de Chine la plus polluée, elle a une démographies galopante. L’épaisse brume n’empêche pas les tours de s’élancer vers le ciel “…se reproduisant presque à l’identique, comme des métastases”. Ces superbes images en grand format font froid dans le dos car elles ont tellement à nous dire ! (Capitole – jusqu'au 29 août).

Christian Ramade


Rencontres d'Arles 2021 (à suivre)

 

Sabine Weiss - Une vie de photographe.

Certains l'étiquettent « photographe humaniste » pour les portraits magnifiques ou les enfants des rues qu'elle a su saisir au plus près. Mais c'est l'humanité toute entière qu'elle a photographiée. Du reportage à la mode, ou à la publicité, elle ne s'est interdit aucun domaine et cette exposition donne à voir de nombreuses photos inédites. Son franc parler et le récit de ses aventures sont un régal. Ne manquez pas les vidéos. (Chapelle du Museon-Arlaten- jusqu'au 26 sept.)

Thawra ! Révolution ! Soudan, histoire d'un soulèvement.

Avec quel courage inouï, quelle détermination, quelle générosité, des hommes et des femmes, beaucoup de femmes, et des jeunes pour la plupart, ont osé dire stop à 30 ans de dictature. Ils sont huit jeunes photographes et, à défaut d'autre soutien, on se doit de voir ce travail. (Eglise des Trinitaires- jusqu'au 26 sept.)

Borders - Jean-Michel André et Wilfried N'Sondé

Le photographe Jean-Michel André et l'écrivain Wilfried N'Sondé nous parlent de l'évacuation de la « jungle de Calais » mais aussi du rapport à l'autre, de frontières, d'exil... Pour ce faire, ils entremêlent des images et des textes très courts de façon à la fois tellement délicate et forte que c'en est tout simplement sublime, surtout sur un sujet aussi douloureux. (Croisière- jusqu'au 26 sept.)

 

 

Et aussi...

République Populaire Démocratique de Corée. Portraits. Stéphan Gladieu, pour le culot et la réussite de sa démarche (Jardin d'été, entrée libre- jusqu'au 26 sept.)

Americaines solitudes. Jean-Luc Bertini. Un regard décalé sur l'American Way of Life. (Croisière- jusqu'au 26 sept.)

Je chercherai dans chaque été. Claude Nori et Vincent Delerm. Un joli dialogue en images et en mots. (Croisière- jusqu'au 26 sept.)

Comment voulons-nous vivre ? Politique du photo-montage. Charlotte Perriand. Ou comment cette artiste a construit autour du photomontage un véritable langage au service de ses convictions politiques. Pas du tout redondant avec la grande exposition qui lui avait été consacrée à la Fondation Vuitton.

AM et JBZ

 


Henri Cartier Bresson - Le grand jeu

Au départ, il y eut la Master Collection : un choix par Cartier-Bresson lui-même en 1973 de ses 385 "meilleures photos dans les tirages les meilleurs possibles". De cette Master collection, il existe 6 exemplaires dispersés à travers le monde. 
L'idée innovante et presque ludique a été de proposer à  5 commissaires différents * de sélectionner dans cette collection 50 images.  Chacun(e) a pu les présenter librement sans connaître les choix et les présentations des 4 autres, en créant des liens entre les photos, avec son propre parcours artistique ou tout simplement son histoire. Certains choix de photos se recoupent mais les scénographies, les textes, les encadrements, jusqu'à la couleur des cimaises, tout est différent. Et si ces photographies sont toutes exceptionnelles,  c'est extrêmement intéressant de voir l'importance de la contextualisation des œuvres. C'est à chaque fois un nouveau regard et une autre façon de redécouvrir et de lire l’œuvre de ce grand photographe. 
Le Grand Jeu, c'est donc 5 expos en une, à ne rater sous aucun prétexte.

AM et JBZ

* François Pinault, collectionneur - Annie Leïbovitz, photographe - Javier Cerces, écrivain - Wim Wenders, réalisateur - Sylvie Aubenas, directrice des départements Photo et Estampe à la BNF. 

Bibliothèque François Mitterrand - Galerie 2 - Paris 13ème

du 19 mai au 22 août 2021


Philippe Poncet - Patakès général

Il est des rencontres fortuites qui éclairent notre horizon et nous permettent d'échapper au contexte d'enfermement "covidien" actuel . Je viens de passer un fort agréable moment, un voyage onirique hors du temps grâce au montage audiovisuel qui illustre l'exposition du photographe Philippe Poncet (1963 - 2015) "PATAKES GENERAL". Un voyage poétique au travers d'une Algérie improbable; des images puissantes de détails sans hommes, des images focalisées sur les traces des gens; des images appuyées par un texte magnifique... Je reste rarement assis longtemps devant une vidéo, mais là, je me suis laissé emporté pendant un fragment d'éternité.  A voir et à entendre...

(Frédéric Laban)

Friche de la Belle de Mai (salle des machines) - 41 rue Jobin - 13003 Marseille

du 15 décembre 2020 au 30 mai 2021, sur rendez-vous (06 84 62 23 31)